Réalisation d'un site Web

Un site Web est une affaire de concessions. Ces choix vont être dictés en partie par des limitations techniques et en partie par le public cible. Lors de la réalisation du site airnace.ch, la vitesse d’accès au site a été au cœur de la réflexion, ce qui a influencé profondément le développement technique.

C’est dans un café de la vieille ville de Sion que nous savions que l’objectif était atteint. Discutant avec le responsable technique d’une boîte de construction, il se plaignait des sites des fournisseurs terriblement lent à charger. Devant travailler sur plusieurs projets à la fois, il aime avoir l’information qu’il cherche rapidement et, dit-il, si ça prend trop de temps, il va voir sur un autre site... avec une tendance à éviter certains fournisseurs dont il sait que le site est lent.

La première mouture du site airnace.ch ayant été publiée quelque jours auparavant, nous lui suggérions de jeter un œil. Tapant l’adresse sur son iPhone sa surprise fut immédiate : « il est rapide » ! Le temps c'est de l'argent, il faut éviter, autant que possible, de payer pour attendre. Un site rapide est essentiel pour les fournisseurs de produits et services.

Sur un site Web tel que celui de Airnace, il est facile d'imaginer que, derrière, se trouve une base de données contenant la liste de toutes les machines, avec les documents techniques associés et les images associées. Ces accès à la base prennent du temps. La première question est de savoir si l’on peut supprimer la base de données ?

Dans ce cas, oui !

Le parc de machines s’agrandit à un rythme qui se compte en jour ; nous ne sommes pas dans la seconde, la minute ou l’heure, mais plutôt dans le jour, le mois ou même l’année (certaines machines sont faites sur-mesure). De fait, toutes les pages du site peuvent être générées chaque nuit et transférées dans une forme statique et définitive sur le serveur Web.

Si cette méthode permet de s’affranchir des temps d’accès à la base de donnée, elle permet aussi de s’affranchir du temps de rendu. Une fois les données récupérées depuis la base de données, il faut les mettre en forme pour qu’elles prennent du sens une fois affichées ; dans une base de données les informations sont, au mieux, cryptiques car destinées à être utilisées plutôt par des programmes informatiques et rarement visualisées directement par des être humains.

Si cette méthode permet d’avoir un site très réactif, en trois langues qui plus est, certains pourraient arguer que cela empêche d’avoir une composante dynamique comme, par exemple, la disponibilité en temps réel de telle ou telle machine. Pas du tout ! (et si l’information ne figure actuellement pas c’est un choix commercial et non pas un problème technique)

Avec l’arrivée, il y a peu, du blog Airnace, où l’idée est de présenter les possibilités insoupçonnées de certaines machines, la problématique de lier ces données statiques, les pages de machines, à un ensemble de données dynamiques, un blog, se posait. Elle a été résolue très élégamment par l’exploitation des possibilités de traitement asynchrone des navigateurs Web. Pour ce rendre compte, il suffit de prendre la camionnette nacelle articulée de 24m.

Si vous faites particulièrement attention, vous verrez que d’abord la page s’affiche en entier puis, après un temps, vient s’ajouter, sous le lien vers la fiche technique, un lien vers la présentation sur le blog. Une fois les données statiques chargées, et donc le site consultable, une analyse de la page est lancée pour trouver les machines affichées puis la base de données du blog est questionnée pour savoir si, effectivement, un article parle d'une de ces machines. Si c’est le cas, la page est altérée pour ajouter cette information.

Cette approche permet, pour notre technicien, d’avoir très rapidement des informations utiles. Nous, nous profitons du temps qu’il a besoin pour choisir une machine, selon ses critères techniques, pour ajouter des informations qu’il voudra ensuite obtenir.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet